FANDOM


Version pré-alpha d'un projet tronqué, Shadow of Colossus met en scène 4 personnages dont une morte, un invisible, un cheval et un gringalet qui n'a qu'un mot de vocabulaire (en plus de ses cris variés). Le gringalet et le cheval (non lui il meurt) explorent une plaine vide faite avec une texture low res à la recherche de colosses tout aussi bavards que notre troupe de joyeux lurons. Pour cela il a à sa disposition un arc qui sert à rien et une épée efficace qu'à quelques endroits.

La puissance de la Playstécheune a néanmoins permis au jeu d'avoir un clipping dix pas devant soi avec des ralentissements à la pelle en guise de garniture. Le gameplay quant à lui est juste affreux, mais c'est pas comme si on jouait beaucoup dans Shadow of Colossus.

Heureusement que l'Emotion Engine nous livre aussi des emotions à travers un scénario (ah non y'en a pas), je veux dire une ambiance (non plus), en fait un vide poétique.

Véritable icône pour les sonyais écervelés, ce jeu (ainsi que ICO) représente la quintessence de la poésie, une oeuvre d'art, que dis-je une des 7 merveilles du monde (avec FFVII, KH, JaK, ICO, GOW, GT et Trico) et tous ceux qui disent l'inverse sont des bouseux incapables de comprendre la beauté et la poésie du jeu!

Régulièrement cité par les sonyais pour éviter de reconnaitre que la firme a bâti son succès sur des jeux panpan-vroumvroum soupoudré par un simulateur de wesh et de milliardaires en short, ils citent ce jeu comme on cite la bible, et comme cette derniere bien peu de ceux qui la citent ne l'ont vraiment connue...


Jeu Fantome Modifier

Officieusement, tous les pro-S ont acheté, adoré et torché Shadow of the Colossus... Ceci dit, il n'est même pas million seller... Ce jeu, c'est tellement abstrait, un scenar tellement riche et dense que t'as même pas besoin d'y avoir joué pour en parler.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .